Inclusion en entreprise : de quoi parle-t-on?

Mis à jour : mai 7

#Inclusion, encore un mot à la mode ? Ces dernières années, les entreprises communiquent massivement sur « leurs engagements inclusifs » ou encore sur « leur culture inclusive ». Cette tendance cache en réalité un multi-usage du mot « inclusion » au travail, souvent à l’origine de confusions. Inclusion en entreprise, de quoi parle-t-on ?


Contre l'exclusion sociale

Concept né du monde anglo-saxon, les premiers travaux sur l’inclusion se fondent sur l'insertion des personnes en situation de #handicap, dans la société. Aujourd'hui, la notion d’inclusion fait l’objet de recherches académiques récentes, dans le monde de l’éducation et des institutions sociales.

L’inclusion est un concept culturel, qui révolutionne la manière de construire la société. Selon l’anthropologue Charles Gardou, la société inclusive « lutte contre l’exclusion sociale en créant une norme élargie, qui considère les particularités de chacun » [1]. Autrement dit, la culture inclusive ne compare plus les individus, selon un « référentiel » de « ce qui est normal » et « ce qui ne l’est pas » ; c’est la norme qui s’adapte aux singularités de chaque individu. Pour mieux comprendre, prenons un exemple simpliste.


La société fictive des pantalons blancs

Nous vivons dans une société fictive où la norme est "chaque citoyen doit porter un pantalon blanc". Tout citoyen ne portant pas de pantalon blanc est donc exclu de notre société. Une personne qui porte un pantalon rouge souhaite intégrer notre société.

  1. Nous pourrions lui dire que son intégration est impossible, car "elle porte un pantalon rouge". A nos yeux, elle serait toujours un étranger.

  2. Nous pourrions accepter son intégration, à condition qu'elle porte un pantalon blanc. La personne ne devra plus porter de pantalon rouge.

  3. Nous pourrions aussi intégrer cette personne, en l'autorisant à porter un pantalon rouge. Toutefois, la norme sociale de notre société resterait "chaque citoyen doit porter un pantalon blanc".

  4. Nous pourrions intégrer cette personne portant un pantalon rouge à notre société, en nous questionnant sur notre norme actuelle. Est-ce que la couleur du pantalon est un critère fondamental de la constitution de notre société? En intégrant cette personne portant un pantalon rouge, nous choisirions de modifier notre norme sociale, pour qu'elle ne soit plus discriminante. Elle deviendrait : "Chaque citoyen doit porter un pantalon".

La quatrième option expose le principe de l'inclusion. Elle cherche à offrir à chaque individu la liberté de choisir sa place, au sein de la société. On comprend donc pourquoi l'inclusion plait. Cette promesse d'une société évolutive adaptée aux besoins particuliers de tous a des airs d'Eldorado ! Pourtant, l’inclusion souffre d’un manque de cadre conceptuel. Elle se retrouve, ainsi souvent, assimilée à d'autres notions, lui donnant l'apparence d'un simple mot-valise.


Des usages différents

En entreprise, le terme "inclusion" n'est pas toujours utilisé de la même façon. Dans les cultures anglo-saxonnes, les politiques d'inclusion vont de pair avec les politiques de #diversité. Pour rappel, la diversité fait état de la différence et aspire à la valoriser, au sein du groupe. Elle s'oppose à l'uniformité de la "culture dominante". Les politiques de diversité visent à rééquilibrer les inégalités sociales créées par la société, par diverses actions, telles que la discrimination positive. Les politiques de diversité et d'inclusion tendent alors à promouvoir la place de certaines populations reconnues comme "minoritaires". Dans la plupart des entreprises françaises du CAC 40, les populations concernées par ces programmes diversité et inclusion touchent souvent les femmes et les personnes en situation de handicap.


D'autres organismes assimilent plutôt l'inclusion à des actions d'#insertion #sociale. Elles mettent en place des programmes spécifiques pour favoriser l'insertion de populations, en écart de la société. Par exemple, le programme "Egalité des chances" permet à des lycéens de milieu modeste de pouvoir accéder à l'école du Louvre. Des entreprises ont construit leur modèle sur la réinsertion, comme ISA Groupe ou GROUPE SOS. Ces organismes s'investissent pour l'emploi des jeunes sans qualification ou de milieux défavorisés, des chercheurs d'emplois longue durée ou encore de personnes ayant eu un parcours de vie difficile, se retrouvant en situation précaire...


Pour certains professionnels RH, l'inclusion se rapporte surtout à l'#intégration en entreprise. L'inclusion sert à transformer les programmes d'intégration traditionnels. Ces nouveaux programmes inclusifs cherchent à développer la cohésion de collectif de travail, tout en permettant au collaborateur de se sentir considéré pour son "unicité". Dans cette idée, l'inclusion est également accolée à des sujets de #développement #personnel en entreprise. Il faut que le collaborateur puisse se sentir "lui-même" au travail, pour donner le meilleur de lui-même. Aucun sujet d'ordre personnel ne doit pas être un frein à l'expérience professionnelle. Pour certains professionnels RH, l'inclusion toucherait ainsi autant les politiques d'équilibre vie professionnelle-vie privée que des actions spécifiques adaptées pour chaque collaborateur.


Pour nombreux collaborateurs, l'inclusion est un nouveau mot pour dire "management bienveillant". Ils la voient comme une #pratique #managériale plus respectueuse de leurs besoins et de leurs aspirations. Ils espèrent que le manager inclusif sera attentif à leurs demandes...


Attention aux biais de compréhension

Mes recherches sur l'inclusion démontrent que nombreux collaborateurs français sont réticents à adhérer à l'inclusion, par leur manque de compréhension du sujet. Le manque de clarté de l'usage de l'inclusion décrédibilise l'engagement d'une entreprise sur le sujet. C'est pourquoi il est important de réfléchir avec attention à ce que chaque entreprise souhaite transmettre au travers du mot "inclusion". Car, l'inclusion ne se limite pas à un discours social. Toute entreprise souhaitant l'inculquer comme valeur organisationnelle, se doit de la faire exister, dans le quotidien de chaque collaborateur.



Vous souhaitez être accompagné dans votre politique d'inclusion ou une action inclusive ?


Vous souhaitez sensibiliser vos collaborateurs à l'inclusion ?


Vous souhaitez en savoir plus sur nos recherches sur l'inclusion ?



[1] Gardou, C. (2012). La société inclusive, parlons-en!. Érès.

148 vues0 commentaire